Mise à jour de l’ACTA sur la fraude - Rapport de juin 2017

Le 30 mai dernier, l’ACTA a participé à la troisième réunion du Groupe canadien de prévention de la fraude sur les voyages (CTFPG) à l’aéroport Pearson de Toronto. Il s’agit d’un comité mixte dirigé par l’ACTA et l’IATA. Les informations suivantes sont les notes condensées de cette réunion que l’ACTA aimerait partager avec nos membres.

RÉTROFACTURATIONS

Les termes rétrofacturation et fraude sont souvent considérés comme synonymes, mais, à tort, car les cas de rétrofacturation ne sont pas tous frauduleux. Souvent, ils sont imputables à des erreurs de traitement ou des problèmes d’autorisation.

     

80 % des cas de rétrofacturation sont frauduleux et 80 % de ceux-ci sont attribuables à des  problèmes « aucune autorisation du titulaire de la carte ». Pour les lignes aériennes, les types de rétrofacturation les plus fréquents sont :

     Aucune autorisation du détenteur de la carte

     Non reconnu par le titulaire de la carte 

     Biens ou services non fournis et crédit non traité.

  

Dans le cas de transactions sans PIN, le cycle de rétrofacturation implique une rétrofacturation, une seconde présentation et une rétrofacturation d’arbitrage. Au cours du premier cycle (Rétrofacturation), une déclaration sous serment du client qui conteste la transaction est requise et peut être soumise sous différents formats. Un droit de dépôt de 500 $ est facturé si le marchand perd le procès. Habituellement, le commerçant a jusqu’à 120 jours pour soumettre une rétrofacturation.

 

Un des plus grands défis est de fournir le nom du titulaire de la carte au marchand. MasterCard a indiqué que ceci ne consiste pas en une meilleure pratique obligatoire, mais elle est recommandée.

  

Des démarches sont en cours afin de simplifier le processus de contestation et d’éliminer certains codes de rétrofacturation.

La meilleure approche à adopter en ce qui concerne les rétrofacturations est d’abord et avant tout la prévention : sécuriser la transaction d’avance;  valider l’identité du client et aborder le problème dès qu’il se présente. L’authentification fait partie du processus d’arbitrage. L’agent engage l’arbitrage et MasterCard prend une décision selon les preuves fournies. 

Les rétrofacturations pour les services non rendus portent uniquement sur la question de savoir si le vol a eu lieu et non si la personne a pris le vol.

Il est possible de consulter un Guide de rétrofacturation en ligne à https://www.mastercard.com

 

DÉFIS ACTUELS QUE POSE LA FRAUDE AU CANADA  

Inquiétude en ce qui concerne les cas de « sans présentation de la carte » et la fraude à l’interne, surtout chez les agents indépendants.   

L’Association des tours opérateurs du Québec (ATOQ) a fait remarquer que les processus de flux de travail sont désuets et la façon dont l’industrie fait des affaires devrait changer afin de réduire les risques de fraude. Le manque de renseignements partagés à l’interne comme à l’externe est aussi un obstacle et le groupe doit continuer de parler, partager les informations, créer un comité afin de composer avec la « fraude amicale ». (« La fraude amicale » – utiliser les services, les payer, puis en contester les frais.)  

  Air Canada a recommandé que les agences doivent être alertées de toute attaque frauduleuse. Pour sa part, le transporteur aérien a adopté des mesures préventives, notamment l’ajout de ressources supplémentaires, la protection par mot de passe et il travaille actuellement à la mise au point d’une solution qui lui permettra d’avertir les agences et vérifier les réservations.  

La GRC a souligné l’importance de rapporter les cas à la police et de fournir autant de détails que possible, y compris l’adresse IP.   

Le Centre antifraude du Canada possède un outil de signalement en ligne appelé le Système de signalement des fraudes (SSF). Il se trouve dans la section « Signaler un incident » de son site Web et est mis à la disposition de tout utilisateur désirant signaler une activité frauduleuse. La GRC se servira des données fournies et des renvois à ses fichiers. Les participants peuvent joindre le Centre antifraude du Canada par courriel : cnpfraud@antifraudcentre.ca ou mtulloch@antifraudcentre.ca ou par téléphone : 705 494-8845.

AVANTAGES DE 3-D SECURE ET COMMENT ÉVITER LES FRICTIONS DE VENTES

La fraude « sans présentation de carte » constitue la plus importante perte financière et a connu une hausse de plus de 26 % entre 2015 et 2016.   

Grâce aux changements technologiques en cours, la fraude « sans présentation de carte » connaîtra une baisse. VISA possède des outils, mais ils ne sont pas tous utilisés à l’heure actuelle. 

À présent, les détenteurs de carte doivent créer un mot de passe pour effectuer des transactions malgré l’opposition des commerçants qui sont convaincus que cette méthode empêche les clients d’effectuer les transactions, ceci entraînant des pertes de ventes.  

À l’avenir, ce processus sera fondé sur l’authentification des risques et les utilisateurs n’auront plus besoin de créer de mots de passe. Si la transaction est jugée comme étant risquée, l’émetteur peut envoyer au titulaire de la carte un mot de passe temporaire pour se connecter.  

3-D Secure 2.0 est efficace parce que 10 fois plus de données seront partagées avec l’émetteur afin de faciliter sa prise de décision. Cette dernière comprend deux volets distincts :  

L’authentification : identifier le détenteur de la carte avec les données supplémentaires   

L’autorisation : déterminer si la transaction est effectuée à un Point de vente (PDV); par glissement d’une carte magnétique; avec un PIN; dans quel pays la transaction a eu lieu; l’heure et la date de celle-ci et le code de vérification de carte.  

Zéro responsabilité pour les clients : ils ne devront pas entrer un mot de passe; friction réduite du détenteur de la carte; autorisations maximales et ventes accrues.

Si une transaction frauduleuse est effectuée en utilisant Vérifié par Visa, les marchands ne seront pas tenus responsables. Cependant, seulement 3 % des marchands canadiens sont abonnés à Vérifié par Visa.

Les participants ont communiqué que le problème le plus important sur lequel ils aimeraient se concentrer est la façon de mettre en place 3-D Secure 2.0 au Canada pour qu’il soit au service des transporteurs aériens, agents de voyage, GDS et organisateurs de voyages. Un comité de coordination a été créé et compte quatre participants : ATOQ, ARC, VISA et WestJet

Les GDS ne peuvent pas prendre en charge 3-D Secure ni Vérifié par Visa.  

À l’heure actuelle, les géodistributions systématisées (GDS) ne requièrent pas de code de vérification au moment de l’autorisation des transactions

Un projet pilote dirigé par VISA a introduit une carte à puce dynamique dotée d’un code de vérification dont le numéro CNN change toutes les heures. La fabrication de cette carte reste toutefois coûteuse.

  

FRAUDCHASERS

Fraudchasers est un forum de discussion sécurisé en ligne qui offre aux experts de l’industrie en matière de fraude un endroit où partager de l’information et les meilleures pratiques. Fraudchasers est un groupe d’échange qui facilite le partage d’informations et permet aux participants de rester au courant. Pour participer au Forum canadien des Fraudchasers, veuillez envoyer un courriel à support@perseuss.com. Dans la ligne objet, prière d’écrire « Demande d’accès aux Fraudchasers du Groupe CTFP ». Dans votre courriel, n’oubliez pas d’indiquer  votre nom; le nom de votre organisme/entreprise; votre poste; adresse électronique; numéro de téléphone et pays.

Groupe canadien de prévention de la fraude sur les voyages (CTFPG)

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la prévention de la fraude, 

veuillez consulter le lien suivant :

http://www.acta.ca/travel-fraud-prevention

Christine Chilton a rédigé ce rapport

cchilton@acta.ca